Accueil du site > Reportages - Actualités > L’UNICEF au Gujarat

L’UNICEF au Gujarat

samedi 20 février 2010, par Marie-France

Un an après (2002). Publié le mardi 30 juillet 2002 Modifié le mercredi 19 août 2009 sur le site de l’Unicef : http://www.unicef.fr

L’urgence : Janvier 2001 - Avril 2001

Pendant plus de trois mois, l’UNICEF a travaillé au plus près des populations avec comme seule priorité : assurer la survie des femmes et des enfants traumatisés par la catastrophe. Le premier objectif de l’UNICEF a été d’offrir une protection à chaque famille affectée par le séisme : offrir un abri (distribution de tentes, de bâches), de quoi se nourrir, se vêtir, distribuer des couvertures, des tablettes de purification d’eau, des kits de santé… Outre ces biens de première nécessité, les distributions d’objets d’usage courant tels que des kits de cuisine, du savon, des bougies, des seaux, ont permis à chaque famille de reprendre une vie « normale » dans la plus grande autonomie possible. Parallèlement aux vastes opérations de distribution, l’UNICEF s’est très rapidement préoccupé du traumatisme des enfants. En réouvrant « sous tentes » dès la phase d’urgence les angawadi (centres d’accueil destinés aux mères et aux enfants qui permettent non seulement d’administrer les premiers soins mais qui font également office de centres nutritionnels, voire d’écoles primaires), l’UNICEF a pu très vite repérer et prendre en charge les enfants traumatisés. Malgré la situation d’urgence et grâce à la réinstallation rapide de ces centres, les enfants ont bénéficié d’une prise en charge psychosociale tout en retrouvant des espaces de jeux et de loisirs : repères indispensables pour un enfant après une telle catastrophe.

De l’urgence à la réhabilitation : mai 2001-décembre 2001, une priorité : l’éducation.

Après trois mois de travail sans relâche et la survie des populations assurée, l’UNICEF a concentré tous ses efforts sur la réouverture des écoles. Combinée avec des programmes de prise en charge psychosociale spécifiques, le recours à l’éducation participe d’une même stratégie : offrir aux enfants un cadre de vie « normal », tourné vers l’avenir et non plus sur un passé traumatisant. En collaboration avec le gouvernement du Gujarat et les associations locales, l’UNICEF a pu dès le 14 juin 2001 réouvrir 2000 écoles sous tentes et près de 400 000 enfants ont reçu des kits scolaires. Simultanément, l’UNICEF finançait une formation axée sur la prise en charge psychosociale des enfants à près de 900 enseignants et 200 employés d’ONG indiennes. L’UNICEF a consacré près de 9 millions d’euros à la réouverture des écoles sur un budget global de reconstruction de près de 24 millions d’euros.