Accueil du site > Reportages - Actualités > Inde 2009 : la success story est plutôt politique qu’économique

Inde 2009 : la success story est plutôt politique qu’économique

samedi 20 février 2010, par Marie-France

Les dernières élections générales, considérées comme un événement politique majeur de l’année 2009 dans le sous-continent, ont été éloquentes quant à l’enracinement de la pratique démocratique au sein de la société indienne, l’une des plus complexes au monde. dans http://www.casafree.com/modules/new...

Ces échéances ont, en effet, contribué à l’ancrage des us et coutumes démocratiques dans un pays où l’on parle 22 langues officielles et où la population, majoritairement hindoue, compte la troisième plus grande communauté musulmane du monde.

Près de 714 millions d’électeurs, soit 43 millions de plus par rapport à 2004, se sont rendus aux urnes pour ces 15èmes élections organisées en Inde depuis l’indépendance.

Les autorités ont mobilisé 60 mille fonctionnaires pour superviser le décompte des voix après les opérations de vote qui se sont déroulées en cinq étapes du 16 avril au 13 mai.

Le gouvernement indien a mis en place 828.804 bureaux de vote, dont 128.112 dans le seul état d’Uttar Pradesh, qui compte 180 millions d’habitants et bénéficie de 80 sièges au parlement.

Selon une étude réalisée par le Centre indien des études médiatiques, ces élections générales ont coûté plus cher que la présidentielle américaine. En effet, deux milliards de dollars leur avaient été alloués alors que les candidats à l’investiture suprême aux Etats Unis n’ont dépensé que 1,8 milliard de dollars, selon la commission électorale fédérale US.

A en juger par l’extrême complexité de la carte politique de l’Inde, avec ses caractéristiques très marquées au niveau des régions, les observateurs s’attendaient à ce que les partis régionaux et locaux y jouent un rô_le décisif mais, en fin de compte, ce furent les urnes qui ont déterminé la victoire de l’alliance conduite par le Parti du Congrès qui, contrairement aux prévisions, a obtenu une majorité confortable des 543 sièges de l’Assemblée du peuple (chambre basse du parlement).

Certes, la démocratie indienne est loin d’être parfaite, mais elle s’enracine depuis plus d’un demi siècle dans un pays où, pourtant, aucune composante politico-ethnique ne peut prétendre faire un raz de marée électoral. Les élections de 2009 ont, encore une fois, donné la preuve que c’est la diversité ethnique de l’Inde qui en fait la force.

Documents joints